Voler en toute sécurité

La sécurité est la priorité absolue de Belgocontrol. Elle constitue le mot d’ordre de chaque collaborateur, ce vers quoi toute action doit tendre. Chez Belgocontrol, la sécurité est analysée et gérée de façon systématique et continue par des actions proactives et réactives. Elle est promue au quotidien et constitue une solide culture d’entreprise.

1. UN NOMBRE D’INCIDENTS TOUJOURS AU PLANCHER

4

Incidents
de catégorie
A et B

EVOLUTION DU NOMBRE D’INCIDENTS
DE CATEGORIE A (SEVERE) ET B (MAJEUR)

Après le record absolu en 2016 (0 incidents de catégorie A et B), Belgocontrol a enrégistré le deuxième meilleur score en 2017.

attention3,72

incidents de catégorie
A & B par million
de mouvements

attention0,93

incident de catégorie
A par million
de mouvements

La sévérité des incidents est évaluée sur une échelle de A (sévère) à E (sans impact sur la sécurité). La sévérité d’un incident est déterminée par les séparations horizontale et verticale entre les avions et par le niveau de contrôle sur la situation.

2. Une culture de la sécurité de plus en plus ancrée

attention1.809

rapports d’incidents

avion+64%

par rapport à 2016

Cette augmentation de 64% ne signifie pas qu’il y a plus d’incidents, mais bien qu’ils sont rapportés plus systématiquement par les contrôleurs aériens.

Trois facteurs ont contribués à cette ancrage de la culture de la sécurité :

• L’application et la promotion permanente de la Just Culture : la Just Culture vise à favoriser le rapport d’événements liés à la sécurité par les contrôleurs aériens. Elle se fonde sur le principe que les acteurs de première ligne − contrôleurs aériens, techniciens… − ne seront pas punis pour des actions, omissions ou décisions proportionnées à leur expérience et leur formation.

• L’optimalisation des outils de reporting des incidents.

Nombre d’incidents rapportés par les controleurs aériens de Belgocontrol

• Fin 2015, une nouvelle législation européenne a élargi les types d’incident à rapporter, comme les collisions avec la faune, les problèmes techniques sur les appareils ou encore la fatigue et la surcharge de travail. Ce qui explique les fortes progressions du nombre de rapports d’incident en 2016 et 2017.Dès 2010, l’application de la Just Culture et les actions de promotion de la sécurité ainsi que la nouvelle législation ont fait monter en flèche le nombre de rapports d’incident. Il n’y a pas plus d’incidents, mais il sont plus systématiquement rapportés. Ce qui permet d’affiner les analyses et d’obtenir un tableau plus précis des actions proactives et réactives à entreprendre.

3. LES INCIDENTS LES PLUS RAPPORTÉS

Parmi les incidents les plus rapportés, l’intrusion par des pilotes dans un espace aérien contrôlé sans autorisation préalable. Ce type d’incident concernent surtout les aéroports régionaux où le trafic d’aviation générale est plus important. Un type d’incident fréquemment rapporté concerne les tentatives d’aveuglement de pilotes ou de contrôleurs au moyen de pointeurs laser. Les actions coordonnées de la police fédérale, les aéroports et Belgocontrol porte ses fruits, puisque le phénomène est en diminution. Les incidents liés aux pointeurs laser ont en effet été les plus fréquemment rapportés durant les cinq dernières années. Sur les 1.809 rapports d’incident, les enquêtes ont établis que Belgocontrol a porté une responsabilité dans 78 d’entre eux, dont 64 de catégorie E, c’est-à-dire sans impact sur le niveau de sécurité.

4. Actions proactives pour la sécurité

changement41

changements impliquant la sécurité ont été signalé à la Belgian Supervisory Authorithy for Air Navigation Services (BSA – ANS) en 2017

Chaque fois qu’un changement technique ou opérationnel (nouveau système, nouvelle procédure etc.) est planifié, cette modification est analysée avant son implémentation sous l’angle de la sécurité et fait l’objet d’une analyse approfondie : le safety assessment.

L’installation, prévue en 2019, aux aéroports de Charleroi et Liège du système A-SMGCS, qui guide les avions au sol sur les voies de circulation des aéroports au moyen de systèmes automatisés liés aux radars, a fait l’objet d’un safety assessment en 2017. Le système A-SMGCS améliore considérablement la sécurité sur les voies de circulation des aéroports, particulièrement en cas de visibilité réduite.

Les nouvelles procédures CDO (« atterrissages verts »), qui garantissent des atterrissages moins gourmands en carburant et plus silencieux, ont été minutieusement analysées au point de vue de la sécurité en vue de leur implémentation aux aéroports de Liège et Charleroi.

Suite au safety assessment, les services de Belgocontrol à l’aéroport de Courtrai-Wevelgem ont permis la reprise des activités d’aviations générale et commerciale dès le mois de novembre.


securite5

safety surveys ont été
menées en 2017
par Belgocontrol

Les safety surveys sont des audits internes et externes réalisés pour identifier les processus à risque plus élevé et prendre les actions correctives adéquates.

Parmi les safety surveys effectuées en 2017, la Full Marshalling Procedure a été examinée en profondeur sous l’angle de la sécurité à l’aéroport de Liège. Cette procédure s’applique en cas de visibilité très faible. Elle consiste à faire accompagner les avions sur les voies de circulation de l’aéroport par des véhicules.


picture airport

Entretien

Jean-Jacques Cloquet

CEO Brussels South Charleroi Airport